Notícias Etudes de santé : la FAGE plaide pour une seule licence et la fin du système PASS et L.AS

Roter.Teufel

Sub-Administrador
Team GForum
Entrou
Out 5, 2021
Mensagens
18,923
Gostos Recebidos
814
Etudes de santé : la FAGE plaide pour une seule licence et la fin du système PASS et L.AS

8d30704_1714487228404-000-34lt2v9.jpg


Le syndicat étudiant souhaite la mise en place d’une licence santé qui viendrait mettre fin au flou qu’entretiennent les deux filières actuelles, créées en 2020 et très critiquées.

Il n’y a plus grand monde pour défendre les deux filières créées en 2020 pour entrer dans les études de santé. Le système d’une double voie – un parcours d’accès spécifique santé (PASS) et des licences avec accès santé (L.AS) – ne convainc pas : après la Conférence des doyens de médecine, en septembre 2023, l’ensemble des associations des étudiants en santé (pharmacie, médecine, dentaire, sage-femme et kiné), représentées au sein de la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), a affirmé son rejet de la réforme lors d’une conférence de presse, lundi 29 avril.

Ces filières rénovées avaient mis fin à la première année commune aux études de santé (Paces). Elles ont été pensées pour diversifier les profils des étudiants et démontrer l’apport, en sus d’un socle de connaissances en santé, d’une formation parallèle dans une licence de la famille des sciences humaines et sociales ou des sciences fondamentales, face aux défis des maladies chroniques, du vieillissement de la population ou de la révolution de l’intelligence artificielle.

« Les objectifs étaient louables, commente Flore Grèze, étudiante sage-femme à Lille et vice-présidente chargée des affaires de santé à la FAGE, mais la réforme n’a pas réussi à répondre aux enjeux qu’elle s’était fixés d’amélioration de la réussite des étudiants et de limitation des risques psychosociaux, bien au contraire. »

« Ecart » entre les deux filières

A l’appui d’une consultation en ligne menée au mois de mars ayant reçu treize mille réponses, le syndicat affirme que 81 % des étudiants sont plus stressés depuis leur entrée en PASS et L.AS et que 43 % d’entre eux ressentent un stress intense plusieurs fois par jour. Le sentiment d’isolement touche un tiers des répondants, et la volonté de renoncer aux études de santé près de la moitié (42 %).

Dans les faits, le PASS est resté la voie royale, loin de l’objectif de mettre en place deux voies égales avec un recrutement paritaire des étudiants. Seul un quart des promotions d’étudiants de deuxième année serait constitué de L.AS, selon la FAGE. « Entre ces deux filières, il y a une grosse différence dans l’acquisition du socle de connaissances en santé, et 43 % des étudiants de deuxième année ressentent cet écart », relate Coline Trayssac, étudiante en médecine à l’université Clermont Auvergne et vice-présidente de l’Association nationale des étudiants en médecine de France.

En L.AS, de multiples enseignements ont lieu à distance, les emplois du temps ne permettant pas aux étudiants d’être présents sur le campus des PASS, parfois éloigné du leur. « L’adaptation de la réforme est nécessaire. Sinon, les futurs soignants seront avant tout de futurs patients », complète Louise Lenglin, étudiante en kinésithérapie à Nantes et vice-présidente de la Fédération nationale des étudiant·e·s en kinésithérapie.

Le Monde
 
Topo