Notícias Rue d’Aubagne : le parquet requiert le renvoi devant le tribunal des quatre mis en examen

Roter.Teufel

Sub-Administrador
Team GForum
Entrou
Out 5, 2021
Mensagens
20,871
Gostos Recebidos
875
Rue d’Aubagne : le parquet requiert le renvoi devant le tribunal des quatre mis en examen

8b680f7_1710519720399-000-1m046o.jpg


L’effondrement de deux immeubles vétustes avait provoqué la mort de huit personnes en 2018 à Marseille. L’architecte Richard Carta, l’ancien adjoint au maire Julien Ruas, Marseille Habitat et le syndic d’un des deux bâtiments pourraient être jugés pour « homicides involontaires » et « blessures involontaires », alors que les signes de fragilité des édifices étaient nombreux et connus.

Six ans, presque jour pour jour, après l’effondrement, provoquant la mort de huit personnes, de deux immeubles de la rue d’Aubagne dans le centre-ville de Marseille, le procès des responsables présumés de ce drame de l’habitat indigne pourrait s’ouvrir le 7 novembre. C’est la date provisoirement retenue par le parquet pour des audiences tant attendues par les 72 parties civiles, proches des locataires décédés et personnes blessées. Attendues également par toute une ville durablement meurtrie par cette catastrophe, le 5 novembre 2018 à 9 h 07, qui a fait prendre conscience de l’étendue du mal-logement dans la deuxième ville de France.

Le parquet de Marseille a requis, jeudi 14 mars, le renvoi devant le tribunal correctionnel uniquement pour « homicides involontaires » et « blessures involontaires » des quatre mis en examen : Richard Carta, architecte marseillais nommé, deux semaines avant l’effondrement, comme expert judiciaire dans le cadre d’une procédure de péril grave et imminent lancée par la mairie ; Julien Ruas, un directeur de maison de retraite, ancien adjoint au maire (Les Républicains) Jean-Claude Gaudin délégué depuis 2014 à la prévention et à la gestion des risques ; ainsi que deux personnes morales ; Marseille Habitat, une société d’économie mixte municipale, propriétaire du 63 rue d’Aubagne, un immeuble vide ; et la SARL cabinet Liautard, syndic de l’immeuble du 65 rue d’Aubagne, habité par les victimes.

Dernier acte d’une longue enquête, l’ordonnance de renvoi des trois juges d’instruction du pôle Accidents collectifs du tribunal judiciaire devrait intervenir rapidement et fixer au 30 mai une audience préparatoire de mise en état du dossier.

Un « drame de la routine »

« Personne ne pouvait prédire un effondrement », convient, dans son réquisitoire définitif, Michel Sastre, premier vice-procureur, avant de détailler au fil de 135 pages les « fautes caractérisées » commises par les mis en examen, « qui ont exposé autrui à un risque d’une particulière gravité ». Recensant les innombrables signes avant-coureurs et détaillant les neuf expertises judiciaires conduites depuis 2005 sur ces immeubles, « on ne peut qu’être frappé, écrit le magistrat, par le nombre d’intervenants qui ont eu à connaître [leur] fragilité structurelle sans en tirer les conséquences qui s’imposaient ». Un « drame de la routine », selon M. Sastre, qui pointe « une absence de curiosité », « une accoutumance [des professionnels] à la vétusté des bâtiments dans lesquels ils exerçaient leurs métiers, qui a occulté leur vigilance car un simple examen visuel des façades est édifiant, même pour un profane du bâtiment ».

Le Monde
 
Topo